Le Blog du Vélo Club Mazarguais

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les récits des ballades

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 25 août 2008

24/08 - Les rescapés de l'AlpiGap roulent...

7h30 à Dromel. Petite pensée pour les copains qui sont là-bas, dans le grand nord (les hauuuuuuutes alpes, rien que le nom fait frémir) pour l'Alpigap, car même ici, sous nos latitudes, il fait frisquet. D'ailleurs, étant donné le petit vent frais et la finale des Handballeurs, je pensais bien être seul au départ ce matin. Du coup, j'ai mis ma tenue "banalisé", mon maillot vert-luisant que Ch'tophe m'envie tant. Stéphane et Yvan ont dû faire la même prévision que moi, et portent des maillots respectivement orange et noir. Du coup, seuls JP et LE PRESIDENT (oui, oui, vous avec bien lu, il était là!!!) portent le beau maillot du VCM. On va encore se faire engueuler à la prochaine réunion du club ;-)
Bon, assez bavardé, direction St Menet, puis Aubagne. Nous rattrappons le (très) gros peloton des cocoboys... qui n'ont même pas le temps de dégainer pour flinguer, car une chute au rond point entre Beaudinard et Pont de l'Etoile provoque un gros moulon. Nous nous en extirpons et continuons notre route tranquilou, direction Auriol, puis St Zach par la petite route. Là, le groupe se sépare en deux : d'un côté les vikings, qui vont s'attaquer à la Sainte Baume par la jolie mais rude route de St Zach... et de l'autee côté... le Président qui rentre direct :-)
Début de la côte, avec de gros pourcentages, puis des descentes, puis re-pourcentages, puis re-descente... avec tous ces changements de plateaux, je déraille, et le temps de remettre la chaine en place, les 3 compères sont déjà loin devant. Petit Braquet (34x25 ou 34x23) , j'escalade un petit coup de cul (à près de 15 % quand même!) puis récupère un long faux plat qui précède le "vrai" début de la côte. C'est là que je récupère JP, qui m'a visiblement attendu. Au loin, on voit Stéphane et Yvan. En moulinant à un bon rythme, nous revenons peu à peu sur Stéphane, mais Yvan est déjà parti loin devant. A la faveur d'un petit replat et d'un coup de grand plateau, nous revenons sur Steph et finissons la côte (les 500 derniers mètres sont un vrai calvaire, j'ai l'impression d'avoir une Harley à la place du coeur) à peu près en même temps, fatigués mais heureux. J'ai beau être un piètre grimpeur (même s'il parait, d'après Le Cycle, que mon Canyon est un vélo de pur grimpeur,; hé hé hé), je ne me lasse pas de cette superbe montée à travers les forêts de chênes.
Direction le Plan d'Aups, puis La Coutronne, cette petite côte qui permet de rejoindre l'Espigoulier, qui a l'air facile car le dénivelé augmente progressivement jusqu'au sommet. Yvan part loin devant encore, et bascule largement en tête, nous le suivons groupés, et le récupérons au bas de la descente. Après une petite pause-H20 à Gémenos, nous repartons GROUPÉS (oui, cette fois Stéphane n'a pas essayé de s'échapper en cachette ;-) ) v ers le col de l'Ange, puis les Bastides. Comme d'hab, l'homme au Goka s'envole, et nous le récupérons au sommet, un peu exténués (nous, pas lui!). Steph a l'air crevé (nous aussi, mais on ne le montre pas, hé hé hé), et nous décidons d'éviter le revers de la Gineste et son vent de face. Le retour s'effectue donc par Aubagne, apres un crochet par la fontaine de La Bédoule.
En l'absence de Ch'tophe et Stephen, pas de sprint disputé, et après 4h de selle nous arrivons enfin à Dromel pour tirer le petit bilan : 103 Km, 1180m de dénivelé.. et une lamentable moyenne de 25,5 Km/h, malgré les gros relais d'Yvan sur le final... A mon avis, c'est les 30 premiers Km avec Le Président qui ont pénalisé la moyenne ;-)

dimanche 17 août 2008

17/08 - En passant par le bord de mer...

7h30 à Dromel, il fait frais. Ch'tophe vient d'ingurgiter son café au Bar des Platanes, et nous rejoint, Véro, Laurent et moi au point de rendez-vous. Sans plus tarder, nous prenons la direction de la Gineste et récupérons en route Yvan, au rond Pt de Luminy ainsi que Stéphane, un peu émoussé (faut dire qu'entre 2 cols hors catégories, Monsieur monte aussi des cuisines ;-) ). Nous grimpons groupés ce 1er col, "à froid" (c'est le cas de le dire, à Vaufrèges on se caaaaaille!, et "monsieur multicouche" se félicite d'avoir mis un sous vetement). Pas d'attaque, pas d'accélération, pour une fois, et le petit groupe se met en ligne pour attaquer la descente. Là, nous récupérons JP et Jean-Claude qui viennent à notre rencontre. Du coup, c'est un paquet de 8 Mazarguais qui descend vers Cassis (dont 6 maillots du club... Laurent et Stéphane portant leurs maillots distinctifs de champion du monde et de meilleur jeune ;-) ).
A l'amorce de la seconde difficulté du jour, les grimpeurs s'activent. Yvan-le-terrible, Véro et JP partent devant à vive allure, je reste à l'arrière avec Ch'tof, JC et Laurent, pendant que Stéphane est en chasse-patate. De toute façon, aujourd'hui il avait de senvies de solitude, le Stéphane :-)
Regroupement dans le descente et cap sur La Ciotat et St Cyr où nous ravitaillons à la fontaine. Ensuite, direction le Castellet. Nous décidons de passer par le village par une nouvelle route (en fait la route principale, celle indiquée par les panneaux) très agréable. Bon goudron, ombragée... j'en profite même pour mettre une petite accélération (eh oui mon p'tit Fab, je prépare DEJA mes attaques ;-) ) et faire un petit écart qu'Yvan comble facilement mais je bascule qd même au sommet en 2è position DEVANT CH'tophe, ce qui n'est pas courant :-)
Après un petit arrêt pipi/barre energetique au village, nous redescendons vers Le Beausset avant d'entamer la longue côte vers le circuit. Leger vent de face, ce qui n'empèche pas Yvan d'attaquer dès le départ. Je prends la roue et nous creusons un petit écart avec le reste du groupe. Mais bon... même dans la roue d'Yvan, grimper des pentes sur le grand plateau à 23 Km/h, j'en suis tjrs pas capable, donc j'explose vite, Ch'tophe me reprend et part à la poursuite d'Yvan. A mi-pente, Véro me reprend à son tour mais je la garde en point de mire à une centaine de mètres, et sur la dernière portion j'envoie du braquet pour la sauter (en tout bien tout honneur :-D ) juste avant le sommet. Oui, je sais.. "c'est pas juste"... mais c'est comme ça, na :-)
Au sommet, après un petit cafouillage (toujours le besoin de solitude de Stéphane) et après que JC ait bifurqué vers le Grand Caunet, le groupe descend sur Cuges puis attaque le col de l'Ange. Les grimpeurs devant, les autres derrière. Or... dans la descente, les "autres" doivent s'arrêter 10 bonnes minutes car les gendarmes bloquent la route pour dégager une auto curieusement garée (oui... elle était garée... sur le toit :-) ). Nous nous regroupons sur la route de Gémenos, pour ravitailler en eau.
Là encore, petit cafouillage, Stéphane-le-solitaire repart vers Aubagne par une route, et le reste du groupe par un autre, et se retrouve vite avec 500 mètres d'avance. J'accélère histoire de le rejoindre, puis dans la foulée, me lance dans un petit contre-la-montre jusqu'au sprint de Magali... situé à 15 kmde là. Une attaque suicide à la Chavanel, quoi! Yvan, décidément en super-forme, me rejoint après Aubagne, et nous arrivons au sprint de Magali avec plus de 4 minutes d'avance sur les autres fainéeants :-)
Retour tranquille à la maison pour tirer le bilan : 100 Km, 27,2 de moyenne et 1180m de dénivelé. Une bien belle ballade, les Bosses se rapprochent et la forme revient. Ah, mon petit Fabrice... tu peux commencer à cauchemarder :-)

vendredi 15 août 2008

15 aout - petite sortie au goût d'automne...

7h30 à Dromel, sous un ciel gris et dans une relative fraicheur, avec un sale vent qui commence à se lever (il nous fera ch... à peu près toute la ballade), je rejoins Yvan et Ch'tophe au rencart habituel de Dromel. A priori, nous n'attendons personne d'autre ce matin, donc direction St Menet pour rejoindre les "cocoboys". Sauf que... quand nous arrivons à Casto, il n'y a quasiment pas une seule voiture, pas un seul cycliste, sauf... Véro et JC, qui nous attendent en papotant.
Le "club des 5" se met donc en route en direction d'Aubagne, Roquevaire, Auriol. Là, nous prenons la petite route des Boyers, pour rejoindre le Pigeonnier ensuite. Agréable surprise, la route semble avoir été refaite. Du coup, Yvan attaque la pente sur le grand plateau (vive les champignons auvergnats!). Mais à un petit Km du sommet, nous récupérons un vieux goudron bosselé... et des passages à 10%. Au sommet, Ch'tophe et Yvan basculent en tête, rejoints dans la descente, avant d'attaquer sans transition la seconde difficulté du jour.
Au pied du Pigeonnier, Yvan accélère, mais bien à l'abri dans la roue de JC (et CH'tophe à l'abri dans ma roue), le petit groupe se reforme sur le replat du village. Dans la seconde partie du col, les 2 grimpeurs s'échappent facilement, face au vent. J'essaie de m'accrocher comme je peux, JC et Véro sont un peu plus loin.
Après un petit débat, nous descendons de façon "classique" vers l'Auberge Neuve pour récupérer Les Thermes (Il faut éviter Roquevaire car le 15 aout c'est jour de Grande Cavalcade... et donc de route fermée). Yvan, JC et CH'tophe partent en tête. Au prix d'un gros effort je les rejoins dans les derniers hectomètres... juste avant qu'Yvan n'attaque, et il bacule donc en tête dans les Thermes.
JC rentre direct par Peypin... au moment même où, de derrière, un individu bizarre et chevelu, sur un Colnago, nous dépasse avec un petit sourire : c'est JP :-)
C'est donc à 5 que nous descendons vers Allauch, face au vent. Quelques coups de cul puis une grande descente, et nous voilà à La Valentne, où Véro récupère sa voiture. Les 4 survivants rentrent tranquillement vers la maison, non sans disputer les sprints des 3 Palmes (Ch'tophe) et de Magali (à votre avis? :-) ) histoire de ne pas perdre les bonnes habitudes.
Le bilan de la sortie : 77Km, 26,3 de moyenne, 830m de dénivelé.

Rappel : dimanche, rdv à 7h30 à Dromel (ou 8h15 à Cassis, pour JC) pour une virée du côté de St Cyr avec retour par Le Beausset.

- page 1 de 21