8h00 devant le snack de Dromel. Froid polaire, vent violent. Il a fallu se flageller pour venir pédaler ce matin. Au rdv, nous ne sommes que 4 courageux. Stéphane, Christophe et l'inattentu Y-vent sont là. Nous rejoignons Stephen à St Menet, et mettons cap sur Gémenos
Après un col de l'ange avalé très rapidement sous l'impulsion de Yvan et Christophe, après avoir été "titillés" par un cycliste vêtu du maillot de la Pomme. Je m'accroche comme je peux derrière, cédant à 200m du sommet. Stephen, distance, trouve malgré tout les ressources pour me rejoindre avant la ligne.
D'un commun accord, et pour cause de vent méchant, nous écourtons la sortie prévue (qui devait nous amener jusqu'au circuit du Castellet) et mettons le cap sur la côte des Bastides. Il y a pas mal de cyclistes éparpillés. Stephen pioche un peu et monte à son train, alors que les 4 autres Mazarguais montent groupés, à l'abri derrière les grimpeurs (c.a.d. moi cahcé derrière les 3 autres ;-) ) car nous commençons à sentir le gros mistral. A quelques centaines de mètres du sommet, Christophe va chercher quelques pois pour son maillot, laissé vacant par Dan. Je fais demi-tour histoire de récupérer l'Obélix... par un vent pareil, vaut mieux l'avoir dans sa poche, et puis ça pourrait toujours être un allié précieux en vue de "THE SPRINT".
Redescente vers la Bédoule, Carnoux, Aubagne... Chaque petite crête est l'occasion de sprinter histoire d'affirmer sa suprématie et de marquer psychologiquement l'adversaire. Dés qu'Aubagne est dépassé, on sent que ça commence à beaucoup s'observer, personne ne veut vraiment rouler en tête (surtout pas moi, hé hé hé), du coup nous nous calons dans un petit groupe de "ch'tous". Mais Stephen ne supporte pas cette cadence de sénateur, et reprend son rôle de locomotive, derrière laquelle nous nous alignons soigneusement.
A St Menet, Christophe lance un sprint... qu'il disputera tout seul, avec Yvan un peu plus loin. Puis il coupe l'effort et permet à tout le monde de revenir. A sa place, pas sûr que j'aurais fait pareil... je crois que j'aurais tenté d'aller jusqu'au bout histoire d'accumuler les points ;-) Bref, nous arrivons tous ensemble aux 3 Palmes, où j'en profite pour placer une petite banderille psychologique, coupant net mon effort une fois passé la bosse : le grand match approche...
Plus personne ne veut rouler alors que nous passons devant Beck. On sait que Stéphane et Yvan n'ont pas d'ambition pour la gagne. Mais la nouveauté, c'est que Stephen nous a accompagnés jusqu'à Magali aujourd'hui. On s'attend donc à un gros match à 3, face au vent. ça roule à moins de 20 Km/h, chacun essayant de mettre son concurrent dans le vent. Finalement, en coéquipier dévoué, c'est Y-vent qui prend les choses en mains et nous amène à 250m de la ligne. Derrière, Stephen, Christophe et moi suivons dans cet ordre. Stephen attaque (un peu loin, un peu tôt face au vent sans doute) immédiatement contré par Christophe. Stephen est court, et je suis au coude à coude avec Christophe pendant plusieurs loooongues secondes. Finalement, à 25m de la ligne, il cède sur un grand "aaaaargh!", et me permet d'empocher une des plus jolies victoires sur le désormais célèbre sprint de Magali :-)
Les sprinteurs rentrent chez eux épuisés, j'ai mal partout après cet effort intense. Au bilan ça fait 60 km à une moyenne d'environ 27 km/h. Petite ballade, mais maxi sprint. Si le temps le permet, la semaine prochaine on essaiera un parcours inédit, en partant de l'obélisque. Je vous confirme ça dans la semaine apres avoir des infos météos...