Avant tout, il faut que je vous raconte le fait marquant de cette sortie : nous avons vu un GOKA! Ouiii! un vrai, qui roule, avec des roues et un mec dessus qui pédale!!! Bon, malheureusement ce n'était pas celui d'Yvan, mais celui d'un sympathique cycliste Tchèque qui nous a accompagnés dans la montée des Thermes.
Mais reprenons au début : 8h00 à Dromel (8h05 pour moi, comme d'hab), Yvan, Christophe et Stéphane sont là. A priori on n'attend personne d'autre, puisque Stephen, Véro et Robert ont préféré aller participer à une petite randonnée cyclotouriste du côté de la Ste Victoire. :-)
Cap sur St Menet, puis Allauch où nous récupérons donc ce fameux cycliste sur son Goka (un superbe modèle de time-attack avec le guidon et les jantes qui vont avec). Avant le Logis Neuf, je profite d'une longue descente (et de mes collègues qui bavardent derrière devant cet "extraterestre" sur son vélo étrange et inattendu) pour essayer de m'échapper dans les premiers hectomètres des Thermes... peine perdue je suis vite repris. Pire, Goka-Man imprime un rythme élevé que seul Yvan (qui, en voyant le Goka si désiré, a des montées d'hormones) peut suivre. Christophe est étrangement économe de ses efforts, Stephane monte à son rythme de métronome et je reste avec ce petit paquet. Au sommet (390m), Christophe ne peut s'empêcher de sprinter...mais tout seul ;-)
Descente ensuite vers l'Auberge Neuve, où là encore je profite de trajectoire tendues pour creuser un écart substanciel. Je poursuis l'effort jusqu'à La Pomme, et ce n'est qu'à la bifurcation à droite vers Belcodène/Trets que je suis repris. Il faut sdire qu'un sale vent s'est levé, et qu'il nous souffle en plein dans la g... Nous grimpons jusqu'au sommet (425m), où l'homme au Goka nous quitte et descend directement le Pigeonnier. Yvan ne peut s'empêcher de retenir une petite larme en le voyant s'en aller... ;-)
Redescente vers Peynier, mais le vent est traitre et j'essaie surtout de ne pas tomber. Petit arrêt à la fontaine, puis direction Trets face au vent qui souffle de plus en plus fort. Christophe prend un gros relais jusqu'à la petite route qui (qu'il faudrait penser à resurfacer, Mr le Maire et Mr DDE 13) mène au cimetière de Trets.
Nous voilà au pied de la belle difficulté du jour. Maintenant, le vent est nettement favorable. Nous montons groupés, à un rythme pépère qui me convient tout à fait, alors que je craignais d'être à la traine (merci les gars de ne pas avoir attaqué trop tôt!). Le premier tronçon est donc avalé facilement, jusqu'à Kirbon et son sale faux-plat où le vent nous revient en pleine poire. Là encore, les plus frais (Christophe et Yvan) protègent les plus faibles ;-) jusqu'à la série de lacets. Au dernier lacet, Christophe retrouve ses instincts de tueur et sprinte pour le GP de la montagne, où il devance Yvan.
Descente vers St Zach où j'en profite pour me faire plaisir, surtout sur la fin où le bitume est un vrai billard, du coup j'attend le reste du groupe qui est descendu à une vitesse plus raisonnable. Cap sur Auriol, Roquevaire, Beaudinard, Aubagne... du grand classique, avec un vent favorable. Et comme ça relaye bien dans le groupe, du coup la moyenne horaire remonte bien. Nous reprenons relativement peu de cyclistes pourtant. 2 hypothèses : soit ils sont tous à la cyclo-rando-touristo-enculerie de la Ste Victoire... soit on ne roule pas assez vite ;-) Pourtant j'ai bien essayé d'aller un peu plus vite au niveau de La Penne... mais mes coéquipiers avaient du mal à suivre alors j'ai dû les attendre ;-)
Nous arrivons à St Menet, où nous retrouvons... Laurent! Vêtu d'un bel ensemble RMC tout zébré, il a fait sa petite sortie tranquille histoire de fignoler le rodage de son genou. Nous bavardons avec Laurent, Christophe, Yvan... Et Stéphane, me direz vous? Et bien il a profité de ce faux rythme pour s'échapper!!! Résultat, il franchit en tête et en solitaire les sprints des 3 Palmes et de Magali. Je me bats donc avec Christophe pour une vulgaire 2è place... pffff... y'a pas de petits profits, donc j'empoche ces primes misérables :-) Stéphane nous attend à Magali, tout sourire. L'histoire retiendra que Stéphane aura réussi là où tant d'autres ont échoué, dans la conquête de Magali :-)
Retour à Dromel pour tirer les bilans : 93,5 Km, 1003m de dénivelé et 27 Km/h de moyenne. Biennnnnn!