8h00 à Dromel, dans le petit matin brumeux, la chaussée est humide, il reste dans les caniveaux des résidus du match de foot de la veille. Stephen, Dan, Christophe et Stéphane sont là. Je les rejoins avec Yvan, tjrs sur son Lapierre, dont il n'arrive décidément pas à se séparer ;-)
Pour cette sortie originale, nous allons emprunter pas mal de routes inédites... d'où quelques hésitations sur le parcours. La prochaine fis, promis, je prends le GPS! Direction donc le Prado, dont Christophe connait bien le bitume frais et rapeux, pour récupérer la Corniche. La ville est quasi déserte (ben oui... faut être fada pour sortir si tôt le dimanche!), on se retrouve sur le Vieux-Port, l'avenue de la République, puis les quais du Port autonome, jusqu'à L'Estaque.
Après une vingtaine de Km, nous quittons donc la ville, pour grimper vers Le Rove. Après un petit détour pour éviter le tunnel (question de sécurité), nous récupérons la route principale. Dan, Yvan et Christophe devant, Stéphane et moi derrière, Stephen un peu plus loin. Au rond point, les 1ers arrivés tournent en rond pour attendre les retardataires, puis c'est la descente vers Gignac, avec face à nous le superbe paysage lunaire et brumeux de... l'étang de Berre.
Dans la ville, nous cherchons un peu notre chemin, Stephen râle déjà, puis nous récupérons une superbe route nationale en direction de Plan de Campagne. Une longue côte rectiligne, puis nous traversons la zone commerciale. Nous continuons notre route vers Simiane... en prenant une jolie petite départementale... 2 x 2 voies! Ben quoi... y'avait pas écrit que c'était interdit aux vélos! Un gendarme nous voit passer les yeux écarquillés, sans doute tellement scotché qu'il n'a même pas le réflexe de nous sermonner! Promis m'sieur l'agent, on ne le fera plus (faudra qu'on essaie de trouver une autre route). Bref, après cet épisode que Stephen immortalisera d'une photo, nous entrons dans Simiane et son petit marché Provençal.
A partir de là, et jusqu'à Mimet, ça grimpe. Fort. Et droit! c'est même assez déprimant ces grandes lignes droites. Stéphane, Dan et Yvan partent devant, les sprinteurs restent en retrait. Sur une portion plus raide (7-8%) de 3-400m, Christophe s'échappe et Stephen cède un peu, je finis donc l'ascension en solitaire. Au Mimet, au sommet, je jette un oeil à la moyenne horaire : 26,1. Vu qu'il nous reste environ 45 km de descente avec vent plutot favorable, ça annonce un beau chiffre à l'arrivée.
Je récupèrerai le groupe dans la redescente vers St Savournin, puis Stephen nous rejoindra vers Cadolive. A partir de là, c'est "tous en ligne" et ça envoie. Gauche après Cadolive, puis droite vers La Bouilladisse, Stephen imprime un gros rythme, mais chacun s'efforce de prendre de petits relais histoire de participer à l'effort collectif. On sent qu'il y a encore pas mal d'essence dans les réservoirs! Pont de Joux, Roquevaire, Beaudinard, Aubagne... c'est du 40-45 km/h, tête dans le guidon.
La série de sprints approche.
A St Menet, Stephen attaque et passe seul la ligne, suivi par Yvan. Le groupe se reforme au parking de Casto.
A l'approche des 3 Palmes, qq voitures nous gènent au rd point et coupent la vitesse de tout le monde. Christophe attaque au ventre de la chaussée... mais se prend le sale trou que j'ai chopé il y a 2 semaines, et du coup je récupère facilement les points.
Dans la redescente vers Beck, ça se regroupe et... plus personne ne roule parmi les sprinteurs :-) Alors en équipiers modèles, Dan, Stéphane et Yvan prennent le relais. A 500m de Magali, Yvan imprime un gros train, Christophe le suit, moi dans sa roue, et Stephen en position d'attente. Je déborde assez tôt, contre le vent, et l'emporte de quelques longueurs sur mes 2 acolytes. C'est qui le Patron, hein? :-)
A l'arrivée devant Dromel, mon compteur indique 99 Km à la vitesse de 29,1. Pas mal, compte tenu du petit dénivelé (790m).
La semaine prochaine, certains voudraient faire une longue sortie, en vue de leur préparation à l'Epervier et l'Etape du Tour. On verra s'ils sont sages cette semaine sur le blog, avant de décider... :-)